Bienvenue sur ce blog. Je m’appelle Arnaud Fileppi, je suis né en 1970 et je pêche depuis l’âge de mes 4 ans… Je suis passionné par les gros poissons d’eau douce, c’est pourquoi après ma période carpe je me suis tourné naturellement vers la pêche des brochets aux leurres. Quelques années plus tard, cette boulimie de pêche m’a conduit tout droit au métier de Guide de Pêche, dont je suis sorti major de promotion. J'ai participé à des circuits de compétitions, j’ai gagné le titre ‘’brochet AFCPL’’ en 2009, en 2010 j’étais 3em du classement général D1, j'ai aussi gagné les plus importantes compétitions brochet de France, deux fois le Bourget et Plobsheim. J’ai fait de la pêche des grands brochets ma spécialité et propose maintenant des séjours et des voyages de pêche sur le lac Léman. Fort de mon expérience j'ai aussi développé des cannes et leurres spécifiques pour la pêche des grands brochets que vous pourrez retrouver sur le site de trophy-pike-solutions.com Je vous souhaite de passer un bon moment sur ce blog, au plaisir de se voir au bord de l’eau ou pourquoi pas à bord de mon bateau pour vous faire capturer un brochet record!

Pages

mardi 31 décembre 2013

Statistiques 2013

En début d'année j'avais annoncé vouloir capturer 50 brochets de plus du mètre, je sais que cela peut être présomptueux ou fanfaron mais je pensais pouvoir y arriver.
Earlier this year I announced plans to catch 50 pike over 1 meter, I know this may be presumptuous or boastful but I thought I could get there.

Cette saison, j'ai passé seul ou avec des clients 89 jours sur l'eau à pêcher... je comptais pêcher 50 jours de plus mais des raisons familiales lourdes cet été et un souci de santé en novembre et décembre m'ont conduits à perdre un tiers de ma saison de pêche, et les 20 premiers jours de la saison je les ai consacrés à adapter un armement sur mon Esox Toy, ce qui m'a conduit à faire des essais et perdre devant le bateau mais vus de mes yeux 18 poissons métrés...
This season, I spent alone or with customers 89 days on the water to fish ... I intended to fish 50 days more but this summer for familly reasons and a health concern in November and December have led me to lose a third of my fishing season, and the first 20 days of the season I have spent adapt weaponry on my Esox Toy, which led me to experiment and lose to the boat, but my eyes saw, 18 fish over 1meter ...
 
Je ne cherche pas d'excuse pour vous dire que je n'ai pas rempli mon contrat fixé à moi même, car même si il me manque quelques poissons pour atteindre la barre des 50, cette année a été ma meilleure année de pêche avec des records absolus...
I'm not looking for an excuse to tell you that I have not fulfilled my contract attached to myself, because even if I miss a few fish to reach the 50 mark this year was my best year of fishing with absolute records ...

En effet, non pas 50 mais 47 métrés sont montés sur mon tapis de réception ce qui est déjà exceptionnel, et ce avec deux records à la clef pour moi puisque je prends 2 poissons distincts de 131cm, et pour un de mes clients qui capture un brochet de 132,8cm...
En statistique, cette saison donne un métré tous les deux jours de pêche, mais ce ne sont pas de petits métrés, la moyenne des 47 poissons est de 114,7cm, la longueur cumulée est de 53M91.... Allez je lance des fleurs, c'est impressionnant!
Indeed, not 50 but 47 meters are mounted on my carpet reception which is already outstanding, and with two records in the key for me as I take two separate fish about 131cm, and one of my clients who captures a 132.8 cm pike  ...
In statistics, this season provides 1 meter pike for 2 fishing days, but they are not small meter pikes, the average of 47 fish is 114.7 cm, the total length is 53M91 .... I will launch flowers, this is awesome!


La connaissance du lac que j'accrois tous les jours, la connaissance du comportement social et alimentaire des brochets et les leurres adaptés à cette quête, sont les facteurs qui nous ont fait capturer ces grands poissons.
Voilà, pas de grand laïus, pas d'analyse trop longue, juste cette fierté d'avoir capturé ces grands poissons et d'avoir contribuer à faire prendre à mes clients leurs propre grands poissons et aussi le plaisir de pouvoir partager avec vous ces aventures... Merci!
Knowledge of the lake that I grow every day, knowledge of the social and feeding behavior of pike and adapted lures to this quest, are the factors that have made us catch these big fish.
So, no big spiel, not too lengthy analysis, this just pride in having captured these large fish and have help to take my clients their own big fish and also pleased to share with you these adventures ... Thank you!


Pour le plaisir des yeux, les 3 plus grands brochets de la saison 2013
For your viewing pleasure, the 3 largest pike of the 2013 season




lundi 25 novembre 2013

Esox Toy

Mon leurre fétiche, celui qui m'a fait prendre le plus de grands brochets et celui qui a aussi donné tant de joie à mes clients en leur offrant leur record est enfin disponible sur mon site e-commerce www-trophy-pike-solutions.com


Le leurre à grands brochets par excellence, c'est le leurre qui m’a permis de capturer le plus grand nombre de poissons métrés, mais pas que, il est aussi sélectionneur de géants. Là où nagent des 110, 120, 130 et ++ c’est le leurre qui déclenchera l’agressivité de ces géants.
Conçu comme tous les tubes du commerce pour déplacer un maximum de volume d’eau tout en ne faisant que très peu de vibrations, la comparaison avec l’Esox Toy s’arrête ici…
l’Esox Toy a certains avantages qui le rendent unique:
  • Conçu et fabriqué en France
  • Élaboré dans un matériau proche de la matière minérale, comme tous les leurres de notre conception, fabriqué à base de sable modifié physiquement…
  • Doublé en son corps pour résister aux dents des brochets, ce leurre pourra séduire plusieurs géants avant de tomber en lambeaux ou avant de le réparer avec le kit de réparation spécial
  • Le corps de 4 pouces (10cm) est identique dans les trois tailles disponibles, seule la longueur des lanières change, ce qui influe sur le poids du leurre à la baisse par rapport aux autres tubes du commerce, et influe aussi sur sa nage et les multiples animations possible
  • Ses nombreuses lanières ondulent comme un voile tout en agissant comme un gouvernail pour faire nager votre leurre durant sa descente, il plane en décrivant de larges cercles très fluides et des demi-tours et changement de cap arbitraires, favorisant agressivité des brochets trophées
  • Absorbe les huiles et graisses, il peut donc être trempé dans un attractant qu’il va boire pour ensuite le resituer dans l’eau en tant que message chimique et signature olfactive.
  • Proche de la matière minérale, il ne fond pas, ne brule pas, ne se déforme pas, sa couleur ne migre pas sur les autres leurres, il peut donc être stocké avec d’autres leurres de couleurs différentes et matières différentes sans avoir de décoloration ni déformation intempestive.
  • Matériau aux normes alimentaires avec certificat NF et CE. Il n’est pas polluant mais pas pour autant bio dégradable, tout comme les minéraux.
Les grands brochets paresseux et opportunistes le voient comme une grande proie se déplaçant très lentement et à l’agonie due à sa nage si particulière.
Existe en 3 tailles: 8 pouces (20cm pour 90g), 10 pouces (25cm pour 110g) et 12 pouces (30cm pour 130g)
Existe 12 coloris: Nacré bleuté, Lagon, Saumon, Rose, Téquilla Sunrise, Pike, Karamel, Chartreuse, Nucléar (phospho), Nacré ivoire, Lavande et Cornaline(orange)
S’arme avec le Side Hooking®  disponible en 2 grammages: 15 et 25g (armement livré sans hameçon), vendu séparément de l’Esox Toy



Conseil du guide:
L’armement Side Hooking® est idéal pour la pêche des grands brochets qui avalent le leurre d’une certaine manière totalement différente de la façon qu’ont les Musky de le faire, cet armement est spécialement conçu pour donner une nage totalement planante et un placement optimun des triples, cependant ne jamais utiliser d’agrafe mais monter directement le Side Hooking de votre Esox Toy en utilisant un sleeve


Vidéo de l'animation et de la nage de l'Esox Toy:


Cette vidéo vous permettra de comprendre l’animation très spécifique de ce leurre pour intéresser les grands brochets, pardonnez le manque de sourire j’étais trop concentré…. 

Pour terminer, je dirai que ce leurre peut à la fois pêcher dans de grandes profondeurs en lac, en rivière même avec un fort courant, mais aussi dans 2M d'eau en étangs ou darses remplie d'herbiers, il suffit d'adapter le bon grammage et son animation en changeant l'angle de la canne et la vitesse de l'animation... C'est un leurre passe partout qui vous ravira et vous fera prendre plusieurs grands brochets.

dimanche 29 septembre 2013

Un invité de renom sur le bateau...

Le rédacteur en chef de Planète Carnassier, un magazine carnassier généraliste du point de vue des techniques, des eaux et des poissons ciblés, prend contact avec moi pour un reportage sur le lac Léman et ses grands brochets.
Cette personne n'est autre que Léon Hoogendijk, célèbre pêcheur de carpe connu dans le monde entier, cela fait plaisir car la seule fois que l'on s'est côtoyé c'était il y a très longtemps lors d'un salon carpe où nous avions le même sponsor.
Léon ne pêche pas le brochet mais sait se servir d'un moulinet casting et il connait la pêche, donc mes enseignement devrait faire mouche rapidement.
Pour moi, c'est toujours un moment critique que d'accueillir un reporter ou un caméraman, je sais ce qu'ils attendent et comme je n'ai que les infos que mon bateau me donne sur la pêche et les résultats de mes clients, il est parfois difficile de choisir quelle zone pêcher. Dernièrement les poissons étaient visibles au sondeur dans le sud du lac, mais mes clients ont galéré pour les toucher. Soit ces poissons sont sur une alimentation qui ne peut être déjouée avec nos leurres, soit les conditions ne sont pas réunis pour pêcher des grands poissons. Bref ces derniers jours ont été plutôt difficiles avec 3 métrés en 7 jours de pêche...
Nous en discutons avec Léon et nous décidons d'aller pêcher le Haut Lac, les décors sont somptueux et aucune pression de pêche, mais mes incursions dans le nord ont presque toutes été couvertes d'échec...11 sorties pour 3 poissons moyens non métrés... le Grand Lac lui n'est pas pour autant plus généreux, 16 sorties pour un poisson de 116 et quelques 90+... mais Léon est avec moi pour 3 jours et on peut se permettre une folie et un test, si cela ne fonctionne pas on ira dans le petit lac, loin de Genève car cette zone est trop pêchée pour être fiable en cette saison.

Le Haut Lac a pour particularité d'accueillir le Rhône, rivière froide et saturée alluvions et de sédiments. Du coup la plus part des plateaux proches de l'embouchure sont stériles, pas d'herbier, pas de roche, uniquement du sable et de la boue calcaire, donc aucune nourriture naturelle pour écrevisses et petits poissons. De plus les plateaux sont de vrais gruyères, les trous créés par les dragueuses pour récolter sable et gravier sont présents de partout et donnent extrêmement de mal au pêcheur pour imaginer la géographie de la zone. Il est possible de passer de 2M de profondeur à 35M en 10M de linéaire et revenir sur des fonds de 4M.
Les rives coté français sont très profondes sans plateau ni cassure. Ce sont des postes de passage pour banc énorme d'ablettes grosses comme des sardines, les ragots des pêcheurs du bord disent que quelques brochets ont casser les lignes avec flotteur des pêcheurs d'ablettes et de perches.
Certaines berges du côté suisse sont pourvues de plateaux rocheux en pente douce, des herbiers s'y développent  abritant la vie. Le seul problème est le nombre de plateaux dispersés sur des 10zaines de km de berge.... ce nombre est très réduit et pour couronner le tout, tous ne sont pas productifs, tous non pas d'herbier, et tous ne sont pas rocheux, mais le plus grave est que les courants de fond et de surface sont si violents que les brochets fuient ces zones pour se réfugier en pleine eau...
Alors ce n'est pas un plateau parmi plusieurs dizaines qui m'a donné satisfaction, mais un espace de 300M2 seulement sur un plateau, le reste n'est que désert...

Je sais que quelques bateaux ont pêché le Grand lac avec très peu voir aucun résultat. J'imagine qu'en insistant sur certains secteurs il est probable de trouver des brochets, je souhaite tout de même bien du courage à ceux qui voudraient s'essayer sur le Haut Lac qui à mon sens n'est qu' une zone à brochets pélagiques qui pour une raison incertaine rentrent de temps en temps sur quelques plateaux mais n'y restent pas. Il est même possible que ces poissons expulsent en pleine eau leurs œufs et laitance durant le fraye. Leur comportement social, alimentaire et reproductif est différent des brochets de bordures, mais L'INRA de Thonon n'a pas engagé de recherche à leur égard et c'est bien dommage car il est probable qu'il s'agisse d'une sous espèce comme il en existe en Italie ou au Canada.
Ce sont quelque uns de ces poissons que j'ai capturé lors de ce reportage, et j'en suis particulièrement fier.

105 cm

117 cm


119 cm



122 cm



mercredi 25 septembre 2013

Histoire Belge...

C'est l'histoire de 3 copains Belges qui ont pour habitude depuis plus de 10 ans d'aller pêcher le brochet en Suède et qui décident de venir avec moi sur le Léman. Leur objectif avoué est de prendre un grand poisson et pourquoi pas battre leur record.
En Suède ils capturent en moyenne 120 brochet durant leur séjour, ils pêchent en spinning, aux leurres, mais pas forcément dans des zones profondes.
Ici ils apprendront le casting, la pêche avec des leurres gros calibre, la pêche profonde en dérive contrôlée.
La première journée, je les amène dans le Petit lac, sur une dérive en pente douce je leur enseigne le lancer casting et l'animation de base pour les grands poissons, les lancers ne vont pas loin car j'ai sur-régler les freins....
L'eau vient de perdre brusquement 10° en température de surface.... les Suisses ont lâcher le barrage et l'eau chaude de surface s'en va dans le Rhône, le niveau baisse et du coup cela induit un fort courant mais c'est pêchable et ces conditions ne me dérangent pas plus que cela car nous pêchons des poissons dans 15/20M de flotte et sur le fond.
Nos 3 compères ne sont pas tous au même niveau et l'animation des tubes reste compliquée pour Jean...et rapidement Michel le fait savoir en prenant un premier poisson puis un second, rien de bien grand mais 96 tout de même... photo, c'est maillé!


Mais ce n'est sans compter sur la persévérance de Serge qui rentre la première poutre, 103cm... vive le tube!


Michel enchaîne les poissons moyens, tandis que Serge et Jean s'applique mais rien y fait...
Le soir c'est quand même la joie car en Suède, avec leur 120 poissons hebdomadaires, nos compères franchissent que très rarement la barre du mètre...

Le lendemain est tout autre, fort courant nord-sud, alors que le vent vient du sud...??????????
Dans la journée le lac baisse et monte au grès des chasse du barrage de Genève.
Je cherche au sondeur une zone abritée du courant, pour ça ma bathymétrie Max Sea est un sérieux avantage.
Sur une zone où le courant de fond semble plus calme, je sonde avec précision et nous trouvons un poisson immense, mais impossible ,à ,pêcher, trop de filet et de nasses autour pour risquer de le perdre et lui faire du mal. J'attends et reviens régulièrement sur le spot, mais il est toujours là.... puis en milieu d'après midi le poisson n'est plus dans cette prison.... si je le retrouve ça sent bon!
150M plus bas mon side m'annonce un grand poisson décollé du fond, je le marque et me dirige dessus avec l'I-Pilot Link piloté depuis le sondeur. J'explique à mes clients qu'il y a un très grand poisson à 15M du bateau sur leur droite face courant. Le bateau dépasse le poisson et nous nous trouvons devant lui, en configuration idéale pour le pêcher en traction avec le courant qui nous pousse. J'ai choisi des leurres lourds qui coulent rapidement, des Bondy bait junior. Jean lance le premier, son leurre touche l'eau et coule, il y a 14M sous le bateau. e leurre prend contact avec le fond, Jean effectue une traction et laisse planer le leurre à la descente et il se faire arracher la canne des main à la touche. Un combat violent s'en suit et jean est malmené, le poisson prend appui sur le courant et passe sous le bateau, je demande à mon client de passez à l'avant mais sa ligne se prend dans le moteur, je lui prend la canne des main pour assurer le problème et la lui rend en ayant tester le frein et la puissance du fish.... je savais que c'était très gros!
Le combat se termine et nous voyons monter un poisson géant, un coup d'épuisette et c'est sur le tapis de réception, mesure.....132,8cm!
Record absolu sur mon bateau, bravo Jean, du 100%, une touche dans un week end pour le poisson d'une vie!

mercredi 18 septembre 2013

Dites 33 !!!!!!!!!!!!!!!

Cet été j'avais décider de pêcher un peu pour moi et pour faire de la promotion pour ma nouvelle entreprise www.trophy-pike-solutions.com
Je devais aller tester mes leurres dans différentes eaux pour prouver que les E-Sox Toy touchent des poutres de partout...
Mais la vie est parfois cruelle et douloureuse, la mort s'est invitée 2 fois dans ma famille à 3 semaines d'interval, autant vous dire que je n'avais pas envie d'aller taquiner les poutres de l'hexagone. Je suis donc resté à la maison en famille.
Hormis un courte session de 2 jours à Serre Ponçon, pas de pêche...
Je n'ai donc pas amélioré le score des poutres durant l'été et nous en sommes resté avec le poisson de Sylvain qui égalait les 32 métrés de la saison passée.
Début septembre est capricieux, je retrouve le lac comme je l'ai quitté, pluvieux et venteux du sud... , l'eau est chaude 24°, les bancs de gardons sont introuvables et les bancs de perches sont minimes et très dispersés. Mais il y a pire, impossible de localiser un brochet digne de ce nom, mon sondeur ne me trouve que des poissons ne dépassant pas 90cm.... où sont passées les poutres? La réponse est simple, les grands poissons sont encore en pleine eau en sub-surface dans l'eau chaude. mais pour nous pêcheurs aux leurres il est extrêmement difficile de localiser des poissons nageant dans moins de 10M alors qu'il y a plus de 100M sous le bateau... Pas grave on va faire avec ce qui reste sur les cassures et plateaux. beaucoup de touches très courtes sur les tubes m'obligent à passer au shad et de taille moyenne, 18cm. pour concrétiser les touches éclairs en captures je dois monter mes leurres sur des tête plombées sans hameçons et positionner 2 triples sur les flanc du leurres façon "Drachko"...
Les journées se suivent et se ressemblent, entre 10 et 20 touches par jours et des poissons entre 65 et 96cm, on a même fait un brochet de 35cm, pffffffff.....
Mais trop de bateaux sur Genève me poussent à pêcher ailleurs, je fuis cette zone de plusieurs dizaine de km pour trouver un secteur où les poissons se trouvent en plus grand nombre, je parle des perches bien sur, car les brochets sont invisibles au sondeur...
Arrive le séjour d'Ulrich et de son père, repoussé à cette date par cause de trop mauvais temps en juin. Comme quoi des fois la météo peu nous mettre dedans, mais cette fois en repoussant le séjour c'est la poutre qui est dedans.... l'épuisette.
Sur une dérive, vent dans le dos face au courant, Ulrich pêche au shad 18cm et annonce "poisson!". , Nous dérivons entre des boules de perche de 15cm, bateau dans 17M pour peigner la cassure. Les poissons de début d'automne sont très combatifs et le fish prend du fil encore et encore à chaque rush...


Finalement mon épuisette accueille ce joli poisson qui accuse 108cm, c'est la première poutre de la saison automnale et nous passons la barre des 32 métrés de l'année dernière. Avec cette 33em poutre, la voie est tracée pour le record.... à suivre!

mardi 17 septembre 2013

La derniere poutre du printemps

Je clôture la saison printanière avec la venue de 3 jeunes de ma région.
Ils sont tous 3 pêcheurs et la facilité avec laquelle ils progressent me permet de leur faire pêcher des zones compliquées avec mes protos de tubes français.
Les conditions sont rudes, vent du sud en rafale, chaleur et fraîcheur dans la même journée (mais on va pas se plaindre car c'est certainement la plus belle journée du mois de juin, mdr), poissons timides et cachés dans les bancs de perches, et beaucoup de bateaux autour du mien... pêcheurs locaux de perches et féras mais aussi pêcheurs aux leurres qui suivent mes dérives en décalé...
Nous savons que les jours précédents nous touchions les brochets vers 14M de fond sur des plateaux, donc je passe en revue toutes les zones planes de 14M et nous les pêchons mais sans trop de résultat, les poissons capturés ne sont pas à la hauteur de nos espérances. Comme tous, mes clients veulent une poutre.
Je m'écarte donc des bateaux pour rentrer plus profond dans la baie de Genève où je trouve une concentration énorme de perches, nous tournons autour pour la matérialiser sur la carto du sondeur et je cherche pas la même occasion des échos de brochets mais rien y fait, ils sont cachés dans la boule et certainement au repos car les perches ne semblent pas être stressées.
Pas grave, on va pêcher à l'aveugle en plein dans les perches en faisant bouger beaucoup d'eau avec nos tubes E-Sox Toy encore proto à cette époque.
J'ai froid, donc je sors une canne et effectue quelques lancer et boum, pendu avec un poisson honorable mais pas métré, dans la foulée c'est Sylvain qui annonce poisson et cet fois ça dépasse le mètre, mission accomplie pour moi et record battu pour lui, que du bonheur!


Sylvain et son 107cm....

lundi 10 juin 2013

Le Jour de gloire...

C'est la seconde fois que j'accueille Mathieu le vendéen, cette fois il est accompagné de son père Jean Yann) et d'un ami (Fred). Ils viennent pour 4 jours de pêche, l'automne dernier ils étaient venus avec la pluie et le vent, cette année ils arrivent avec.... la pluie et le vent!
La première journée est impêchable, des vagues serrées de plus de 80cm  et certaines qui atteignent 120cm malmènent les clients sur le bateau. Nous arrivons même à enfourner et ramassons quelques dizaines de litres de flotte, pour notre sécurité nous somme obligés de regagner le port et d'attendre une accalmie qui ne viendra que le lendemain.
La journée se passe à changer les tresses des moulins, à faire des bas de lignes, et monter des leurres,...
Le lendemain, c'est bien plus calme, 50cm de vagues et nous pouvons prendre l'eau et chercher les fish. beaucoup de brochets sont visibles au sondeur et nous sélectionnons les secteurs abritant plus grands. Les touchent au shad sont plus que rares mais Mathieu capture un poisson de 90+ que nous ne mesurons pas...


Nous sortons mes leurres qui sont encore au titre de prototypes car l'armement n'est pas encore industrialisé... C'est sans attendre, un 115cm qui se fait leurrer par mon "E-Sox Toy", Fred pulvérise son record sur ce coup de ligne.


Nous poursuivons notre recherche et sur un poste très connu nous identifions un grand poisson que j'estime à presque 130cm, deux lancers suffisent pour le faire réagir et le ferrer... verdict, 124cm... Record pulvérisé 30minutes après.... là il faut saluer la performance.


Après la pause déjeuné où je cuisine une fondue savoyarde (sur la berge), c'est le ventre bien rempli que Mathieu capture un poisson de 107cm, celui ci lui offre son record personnel


Puis sur un autre poste, en pleine eau cette fois ci, mon leurre frappe pour la quatrième fois de la journée, pour offrir un nouveau record à Mathieu avec un combat somptueux, 117cm!


En fin d'après midi, Jean Yann qui pêchait pour la première fois en casting et aux leurres capture un poisson de 80cm qui ne sera pas pris en photo.
c'est encore une superbe journée avec 4 poutres de plus du mètre mais rude en matière de pêche, 7 touches à 3 pêcheurs pour 6 poissons, il fallait être concentré.

Les autres journées n'ont malheureusement pas été similaires, 3 touches par jours et inferables...

mardi 21 mai 2013

L'hiver au printemps....

Nous somme le 18 mai et cela fait maintenant 15 jours que le lac est presque sur off.

La température joue avec le thermomètre tous les jours et pas dans le bon sens, l'eau à perdu 5° en deux jours et elle joue le yoyo mais continue à perdre. Le lac monte en charriant une eau de fonte de neige colorée qui empêche les rayons du soleil de pénétrer la couche d'eau pour la réchauffée un tant soit peu. La luminosité est basse et les poissons ne regardent pas tellement en l'air. L'eau froide contribue à ralentir le métabolisme des poissons qui s'alimentent très peu et on du mal à digérer... Donc aucune agressivité, juste des poissons qui se baladent portés par les courant et d'autres tapis sur le fond se faisant pomper la peau par des sangsues.

Les quelques rayons de soleils nous donnent l'opportunité de prendre un poisson mais ils sont tellement rare que nous pêchons pour 2/3 touches par jour...

Les clients peu habitués à pêcher avec de gros leurres ont du mal dans les sensations et parfois loupent la touche unique de la journée.

Mais parfois la réussite est avec nous et en plus les grands poissons finissent la plus part du temps dans l'épuisette. Seuls les petits se décrochent car ils n'arrivent pas à "manger" le leurre.

C'est ce qui s'est passé pour Antoine qui aura braver le froid et l'incommodité d'un temps humide digne de l'Irlande qui capture ce poisson de 111 cm.

Eau 11°, profondeur 5M (poisson pélagique) 35M sous le bateau.


jeudi 2 mai 2013

Hold up!

3 jours avant cette journée, mon client qui venait de se faire hospitalisé ajourne son séjour et me voilà au chômage. J'ai tellement peu de temps pour me retourner et contacter un autre client que je me dis que je vais profiter de cet imprévu pour aller prospecter une zone que je ne connais pas. Bathymétrie et espionnage des relief pour comprendre comment se passe la vie sous le miroir, tel sera mon programme...
Mais les jours précédents ayant été tellement dur à pêcher à cause du froid et des pluies, que des amis en place au camping où j'ai élu domicile, qui n'avaient pas croisé la queue d'un brochet depuis 3 jours et ayant entendu parler des nos métrés presque quotidiens, m’embauchèrent... mon jour de congé se transforma en jour de travail.
Donc mes plans tombent à l'eau... pas pour autant. je leur explique que la pression de pêche sur Genève est telle que les poissons fuient les zones barricadées de filets et les bateaux des pêcheurs aux leurres. Que j'aimerai bien aller visiter un secteur nouveau et que se serait bien pour eux aussi de voir comment j’appréhende une nouvelle zone. Je leur promets que l'on pêchera dès qu'on aura identifié des poissons métrés et que j'aurai compris pourquoi ils sont là et comment les aborder. Et pour que cela soit réglo et pour assurer une prise, je les emmènerai sur un poste souvent très productif en ce début de saison dans le Petit Lac en fin de journée.
Le deal est conclu, je pars avec mes deux clients devenus amis et redevenus clients, lol, on s'en perd les pédales.

Direction le Grand lac et le côté Suisse à Lausanne.
Nous sommes sur des fond sablonneux de 9 à 18M de fond, les féras sont collés contre le fond alors qu'il y a des milliers d’éclosions en surface... bizarre on devrait les voir nager dans la couche d'eau gobant les larves. C'est en fait le courant qui plaque les poissons sur le fond car leur nourriture est renvoyée au fond par ces même courants.
Un peu plus loin, se découpe une grand pointe et sous l'eau cette pointe doit s'étendre et créer des protection contre ce courant plutôt important.
En sondant et en créant ma bathymétrie instantanée je comprends rapidement comment pêcher la pointe qui offre un haut fond et donc un barrage au courant. les brochets se trouvent sur le haut fond en direction de la cassure, abrités par relief déviant le courant et leur créant un poste de chasse de premier choix. Les échos sur le sondeur sont très imposant et révèlent la présence de très grands poissons, l'adrénaline monte d'un cran... mais les touches sont rares, je mets à l’épuisette un poisson de 90cm et j'ai deux touches sur des relâchés très importants mais du coup difficilement ferrables.

Et... Fabrice touche un bloc qui lui prend su fil, rude combat... sur le tapis ce poisson mesure 116cm... la première poutre du nord du lac et quelle poutre!
(Pour des raisons évidente de discrétion sur ces postes les photos ont été prise de façon qu'il est impossible de savoir où elles ont été prises)


Dans une eau à 8,7 nous décidons après 5H de prospection de redescendre dans le sud du lac où la température de l'eau est plus agréable en ce début de saison et favorise un métabolisme plus rapide et donc des phases d'alimentations plus longues ou plus fréquentes.
Bien nous en à pris car en l'espace de 4H de pêche nous enchaînons des poissons exceptionnels, combattifs, violents, et magnifiques. une moyenne époustouflante de 113cm pour 5 poissons géants.

126 pour Styves, qui du même coup prend la tête du concours pour l'ensemble canne moulinet...


Au tour de Fabrice de tordre du carbone avec un 110cm

 Styves de nouveau avec un 119cm magnifique de beauté


A mon tour avec un 100 tout rond, je fais baisser la moyenne... 


Mais je l'a fais grimper avec ce 114cm quelques minutes plus tard.

 




Fin de séjour mémorable

Cela fait 3/4 jours que le temps est devenu fou avec de la pluie froide, du vent et les température de surface qui ont chuté de 6° en 36H. La fonte des neige est accélérée par la couche mouillée qui est tombée et la pluie.
Le groupe que j'accueille est constitué de 6 personnes, je prendrai 3 clients par jours sur mon bateau et les autres seront sur un autre bateau qui leur appartient.
Le premier jour est morose avec rien au compteur mis à part la bonne humeur d'être sur le lac et d’apprendre à chercher les grands poissons qui ont disparu à cause du mauvais temps.
Le lendemain, la météo locale annonce des éclaircies pour la fin d'après midi et une douceur toute relative le matin... cela me donne espoir.
La journée est comme celle de la veille à essayer de localiser quelques grands poissons mais ceux que nous trouvons ne sont pas coopératifs. il faut attendre la fin de la journée avec le soleil pour que l;es poissons bougent.. ayant préparé mon coup, j'ai pensé qu'après 5 jours de mauvais temps froid les poissons n'ayant pas digérer monteraient se faire dorer sur des haut fonds.
Nous allons donc sur une zone assez perturber avec des hauts fonds de 6/7M, un tombant sur 13M d'un côté et sur 10M de l'autre. Cette zone est à proximité des zones où je touchais du fish et mes clients aussi la semaine dernière... donc avec un peu de réussite...
Arrivés sur la zone, je croise des gros échos et les poissons se trouvent décollés de 2 M, alors mes clients essayent de rester décollé avec les leurres et l'un d'entre eux annonce poisson. Fred se fait malmené par le brochet qui lui prend du fil sans qu'il ne puisse le contrer. c'est un grand poisson et je suis certain qu'il dépasse les 110, je lui annonce et Fred tranquillement ouvre un peu son frein et contrôle le combat. verdict 113 cm.
 

 Quelques minutes plus trad Fred, encore lui, annonce i=une autre poisson, c' ette fois plus modeste mais une une poutre quand même, 109cm...


Les poissons étaient bien venu chercher de la chaleur sur les hauts fonds pour digérer plus rapidement en forçant leur métabolisme... C'est normal ils faut qu'ils s'alimentent pour oublier des mes faits de la reproduction...

mercredi 1 mai 2013

Du lourd à l'ouverture

Nous sommes début de saison fin avril, les premiers clients arrivent et la quête s'ouvre...
Sébastien, Nicolas et Pascal, viennent pour 4 jours de pêche.
Il fait beau et chaud, la température de l'eau de surface monte de 3 degrés par jours et les poissons sont de plus en plus en activité. Le premier jour est consacré à la découverte du matériel et à son emploi, les animations des leurres, et à se faire plaisir sur des poissons de 80/90+, 11 au total,  pour valider des reflex de ferrage.



Le lendemain, maintenant que tout le monde sait lancer un leurre de 180g à 40M et l'animer correctement, nous démarrons notre séance de repérage ou plutôt de traque des grands poissons. En fonction de plusieurs paramètres nous choisissons une zone du lac et commençons une prospection dans les 17M pour finir sur un plateau de sable de 13M de fond où se trouvaient plusieurs gros échos éparpillés çà et là surveillants des petites boules de perches de 25/30cm. La pêche ne donne rien, mais les poissons sont toujours là et on sent bien qu'il peut se passer quelque chose à tout moment. Mes clients me demande pourquoi je ne pêche pas, alors à mon tour je vais envoyer des parpaing dans l'eau. Ce qui devait arriver arriva et je dis "poisson".... pfffff, c'est solide, c'est lourd... le poisson me fait un beau combat qui se termine dans mon épuisette. Verdict 125cm...


Cela va permettre à nouveau de tester deux réflexions, il y a t il plusieurs grands poissons dans un même périmètre et le premier qui se fait prendre est il toujours le plus grand? Très souvent les deux réponses sont oui et 30 mn plus tard c'est au tour de Sébastien de ferrer quel que chose de lourd qui lui sortait du fil... Un très joli combat avec fuite du poisson au bateau, au final le gagnant est tout de même mon client qui vient de pulvériser son record.... 121 cm


Nous finirons la journée en décrochant deux gros poissons, un dans l'épuisette qui devait mesurer 115++ et un autre que l'on ne verra jamais mais qui à plier la canne la plus puissante du bateau comme un morceau de guimauve...

Malheureusement les mauvais temps est annoncé et dans la nuit il se met à pleuvoir et même neiger juste au dessus du lac, provoquant une chute brutale de la température de surface de 5à7 ° en fonction des secteurs. L'eau plus froide, le métabolisme des poisson ralentit...l'activité est réduit à  néant. Un  poisson de 96cm tout de même et un autre plus solide décroché.


le dernier jour est similaire à précédent avec pluie, vent et sensations glaciales. De l'été à l'hiver en moins de 24H... Mes clients se concertent et me propose de rester un jour de plus pour tenter une amélioration de la météo synonyme d'activité accrue pour les brochets.
La météo ne s'est pas franchement améliorée mais il y a petit mieux. Les conditions de pêche restant elles complément sur Off. Encore de la pluie, et du vent qui descend du Jura ...et pour me réchauffer momentanément je lance quelques leurres dans l'eau et je touche un 98cm... Ce sera la seule touche de la journée, tous pêcheurs confondus.


Enfin, ce que je garde c'est un souvenir impérissable d'une bande de potes venus s'éclater sur le Léman et qui repartent avec un poisson record à leur actif et plein de rêves et d'espoirs avenirs.
Amicalement.

mardi 16 avril 2013

Hiver part IV....Un poisson magnifique

En cette saison je ne peux me permettre d'amener des clients traquer les grands brochest car ce ne serait pas correct envers eux...
Nous sommes fin février et le pêche est très aléatoire, vent froid, pluie, neige... un cocktail de mauvaises conditions pour l'homme mais les poissons sont au rendez vous de celui qui ose essayer  les trouver.

Les temps de pêche sont très courts car la prospection est longue et minutieuse, rien de sert de pêcher à l'aveugle, aucun banc de perches pour nous aiguiller sur le présences de prédateurs, très peu de féras et encore moins d'ombles chevaliers. Il convient chercher autre chose, mais si cela vous convient je le garderai pour moi... encore quelques temps.

Les courants et la marée bien que presque inexistants en eau douce sont tout de même prépondérants dans les heures de pêche et la bonne lecture d'une table solunaire combinée à un poste clef où se trouve la nourriture recherchée donne souvent des résultats.
En général on pêche pour 1 à 2 touches par jour avec comme allier le soleil et bien souvent pour 1 voir 0 touche quand il fait sombre ou mauvais temps, mais les essais de mes leurres prototypes nous permettent de déclencher jusqu'à 7 touches par jour quand les conditions de soleil sont présentes, le reste du temps c'est 2 à 3 touches par jour.

Ce poisson a été capturé en eau profonde lors d'une journée venteuse, après 3 heures de recherche... une dérive et 20minutes de pêche ont suffit.
119 cm pour 17Kg... un grand brochet mais certainement aussi l'un de mes plus beaux! Merci dame nature....





Teaser du film La pêche et les poissons


mardi 9 avril 2013

Hiver part III... Essais concluant!

Cet hiver j'avais une mission importante, tester mes prototypes de leurres et trouver la meilleur manière de les armer.
Pour le moment je ne peux pas me permettre de vous montrer les leurres mais je peux vous affirmer que les brochets et surtout les grands brochets en sont dingues.
Ces leurres déplacent énormément d'eau sans pour autant faire trop de bruit et c'est ce qu'aiment les grands brochets, de plus il sont très lenst en action de pêche alors même qu'il sont relativement lourds, 90g pour le 8 pouces, 110g pour le 10 pouces et 130g pour le 12 pouces.
Lors des belles journées de février, je multipliais les touches jusqu'à 11 touches pour la meilleure journée, mais seulement une capture, l'armement a été très compliquer à mettre en œuvre... Mais ça c'est de l'histoire ancienne, car depuis que j'ai compris comment fixer les triples et le volume et la forme de la plombée, les touches se sont toutes, sans exceptions, concrétisées...
Malheureusement durant mes essais j'ai perdu un grand nombre de très grands poissons, deux 120+ au bord du bateau et plusieurs métrés durant le combat et un bon nombre de touches ferrées dans le vide... mais c'est ce qu'on appelle le développement et il faut en passé par là pour réussir.

Je vous propose quelques poissons pour le plaisir des yeux mais aussi pour acter que mes leurres fonctionnent.

92cm


96 cm

101 cm

105 cm

115 cm


lundi 8 avril 2013

Hiver Part II...... Froid polaire et record

Styves et Fabrice sont des habitués d'Adrénaline Fishing, cela fait plusieurs fois qu'ils viennent en séjour sur le Léman. Les années précédentes Fabrice avait toujours sorti sont épingle du jeu en capturant de très beau poissons comme un 117 en 2012.
Cette fois ci ils expérimentent la fin de saison... le mois de mars est très compliqué en terme de météo et tout peu se passer, froid, vent violent, pluie et neige... c'est effectivement le temps que nous avons eu lors de leur séjour.
Les poissons sont très difficiles à trouver car il n'y a peu ou pas de nourriture visible au sondeur, donc des heures de prospection pour trouver des échos de brochets. Nous ne voulons bien évidemment pas déranger les poissons qui sont déjà montés sur les plateau pour se rassemblent vue du fraye donc nous prospectons les profondeurs de 15 à 25M.
Plusieurs secteurs sont validés avec du poisson mais la pêche ne rapporte rien, aucune touche que se soit en animation ou en verticale. J'ai le sentiment que le soleil nous fait défaut...
Mais lors d'une dérive poussée par le vent, Styves se fait avaler son leurre et nous épuisons un poisson de 108cm. Styves et content car il vient de battre son record personnel avec cette poutre.



Encore bravo pour votre persévérance dans ce froid polaire.

mardi 2 avril 2013

HIVER PART I Obligation professionnelle

Comme chaque année, je prends un stagiaire futur guide de pêche pour ses stages en entreprises de guidage. C'est une occasion pour moi d’apprendre d'autres choses et d'élargir ma vision pêche, et c'est très important pour se remettre en question et ne pas rester stéréotypé... pour moi c'est une obligation professionnelle.
Cette fois ci j'accueille un ami pêcheur en mer, Bertrand Deval, qui est un pêcheur de grand large (pêche qui ne se pratique presque pas tellement elle est singulière).
Bertrand Deval est comme moi un ambassadeur de MaxSea, le logiciel de navigation et de création de bathymétrie en temps réel. C'est entre autre sur ce domaine que nous allons travailler car il a un peu plus d'expérience que moi et de bons tuyaux sont toujours bons à prendre.
Nous décidons conjointement d'explorer des zones du lac que je ne connais pas et de créer une bathymétrie pour comprendre la singularité des fonds et comment les courants se propagent dans les couloirs, canyons et façonnent les plateaux que nous trouveront. De là nous pourrons imaginer comment se positionnent les poissons prédateurs et déterminer une stratégie de dérive pour les pêcher.

MaxSea Time Zéro fonctionne avec les données sondeur récupérées par NMEA, la valeur fond, les coordonnées GPS, le cap, la vitesse, la T°,..etc.
Quand on navigue et que MaxSea est activé, le logiciel crée une bathymétrie instantanée. Pour avoir une définition véritable des fond il faut passer de nombreuses fois sur la zone pour que le logiciel arrête d'extrapoler les valeurs. C'est à ce moment que le véritable fond se dessine, on peut même voir les ridins de sables qui sont crées par les courants comme sur cette capture d'écran


Le ridin se trouve au centre de l'image, c'est un couloir creusé dans le sable par des courants de fond, et oui il existe des courants dans le Léman, et c'est normal, il y a plusieurs gros tributaires comme la Dranse et le Rhône qui se jettent dedans mais aussi le barrage de Genève qui aspire.


Le ridin mesure 350m de long pour 15m de large et 140cm de profond, dans un univers où tout se trouve sur un plateau en pente douce quasiment sans relief, ce ridin est une source à poutre. Les grands poissons viennent s'y réfugier quand il y a trop de courant comme lors de la vidange de l'an passé mais aussi lors de la baisse du lac en février pour compenser la fonte des neiges. Les grands brochets se posent sur le fond du ridin et mangent tout se qui passe à leur portée,l'idéal est donc de passer en verticale sur cette zone en prenant soin de positionner le bateau sur le ridin pour pêcher au fond des trous là où se trouvent les brochets à l'abri, l'idéal étant de se servir d'un moteur électrique avec le I-Pilot-Link,  mais les brochets peuvent aussi se positionner aux alentours du ridin quand le courant est faible ou nul et cette zone devient rapidement une zone productive et on peut l'envisager en dérive avec pêche en traction ou linéaire.
La preuve en image avec Bertrand et sa première poutre, 102cm... prise sur cette zone que je ne connaissais pas correctement avant cette séance de sondage et d'acquisition de bathymétrie. J'avais pêcher cette baie vers Lausanne l'an passé et par deux fois mais sans résultat, avec MaxSea je comprends maintenant pourquoi. Le ridin que nous avons trouvé est le seul obstacle ou structure sur des hectares de plateau et introuvable au sondeur seul...


Je tiens à préciser que ce jour là, nous avons fait de l'acquisition pendant 6H et pêcher moins de 1H en plein février, pour un résultat de deux poissons, le mien étant non maillé (87cm) n'aura pas eu droit à la photo souvenir.

PAS DE TREVE CET HIVER

L'année passée, je n'ai pas pu pêcher durant tout l'hiver faute de bateau, le Ranger étant dans un container pour la France, je devais me contenter de patienter...
Cet hiver c'est tout autre chose, du temps de libre et beaucoup d'essai et de projet à travailler, donc de grandes parties de pêche sur le Léman... et du développement!

Fin 2012, j'ai besoin de reconstituer mon matériel et celui que je fournis à mes clients de guidage, mais j'ai un souci avec St Croix qui ne propose plus que des cannes avec des anneaux Fuji Série K en petite taille... mon nœud de raccord tresse/ fluoro de discrétion  ne passe pas correctement. Certaines de mes cannes, aussi, sont juste en poignée de lancer et juste tout court en longueur, mais leur action est tout de même parfaite... cela devient problématique.
J'appelle alors Alban Choinier pour lui demander la marche à suivre pour effectuer un programme spécial avec St Croix, mais la quantité de cannes à commander est impossible à gérer... il va falloir trouver autre solution surtout qu'il est hors de question de pêcher avec autre chose que du St Croix...
Donc la seconde solution que je trouve est de commander des blanks et de les monter en France avec les composants de mon choix et l’étagement des anneaux et la hauteur du PM de mon choix.
St Croix et moi trouvons un accord qui me semble intéressant et je pars donc sur l’achat de 30 blanks, sachant que j'ai en ai besoin de 10... Les 20 autres me permettre de passer au niveau du tarif d’achat et me permettre de créer une Pike séries avec des blanks de qualités sélectionnés pour leur actions mais montés façon grands brochets...anneaux Fuji serie K, PM Fuji Skeleton Gloss Black, poignée rallongée télescopique, mousse EVA haute densité pour les poignées.... que du beau et qualitatif. Proto livrés fin Avril, cannes dispo fin Juin.

Du coup, si je fais des cannes, pourquoi s’arrêter en chemin, cela fait 3 ans que je travaille en secret sur un leurre.... un leurre dédié à ma pêche, celle des grands brochets, un leurre qui je sais comblera beaucoup de pêcheur tant son animation est simple et son armement est finalisé à l'extrême...
Dons si je développe mon leurre plus une série de cannes, il faut que je monte une boite et un site de vente en ligne et donc je me dis qu'il serait quand me^me bien de faire la totale... Créer un site de vente dédié à la pêche des grands brochets, avec du matériel adapté et sélectionné par moi pour moi et pour les autres.

Trophy Pike Solutions vient de naître, le site sera en ligne au 15 Juin avec tout ce qu'il faut pour pêcher correctement les grands brochets, des cannes dédiées, des leurres dédiés, des leurres musky et brochets sélectionnés, des matériaux dédiés et sélectionnés comme bas de ligne, pointe de discrétion, sleeves, anneaux, pinces longues,....etc... et tout cela dans le respect de mon éthique, que du vrai matos de qualité qui dure et au meilleur prix!

Voilà pour le développement mais la pêche dans tout cela...et bien elle intervient car il faut bien tester les leurres sélectionnés et aussi ceux que je développe.
Donc vu que je n'aime pas pêcher seul, j'invite à tour de rôle des amis, qui je sais ne divulgueront rien de mes projets, pour se faire plaisir sur le Léman. Attention quand je dis se faire plaisir, ce n'est pas tout à fait cela, il fait froid, les conditions sont extrêmes, pluie, neige, vent, vagues, poissons peu actifs et des leurres à, perfectionner pour qu'ils soient parfait tant en nage qu'en armement, donc beaucoup de décrochage ou de ferrage dans le vide, c'est ça aussi le développement.... mais il y aura quand même de très grands et très gros poissons mis sur le tapis.

C'est ce que je vais vous raconter en plusieurs parties....



mardi 27 novembre 2012

10 ans, ça se fête comme ça chez Adrénaline Fishing !

En 2013, cela fera 10 ans que ma structure aura été créée....

Que de chemins parcourus depuis le début où je commençais à exercer sur le lac de Paladru... et puis la rencontre avec celle qui allait devenir ma femme m'a conduit à un choix de vie plus calme, moins de sessions carpe et plus de pêche aux leurres.

Depuis 9 ans maintenant je me suis focalisé sur la pêche des brochets aux leurres et j'en ai fait ma spécialité.
Les grands poissons me fascinent et leur comportement tant social qu'alimentaire m'intrigue.
J'ai réussi à tirer parti de mon expérience passée où l'analyse du biotope et du comportement des carpes me faisait capturer les plus grosses, maintenant j'ai extrapolé cela aux brochets pour pêcher les plus grands.

J'ai la chance de vivre aux abords des plus grands biotopes naturels d'Europe de l'ouest, lacs français, suisses et italiens. Le Léman est un géant parmi les grands et c'est ici que je vous guide pour vous faire prendre un brochet record.

10 ans de travail, 10 ans de partenariats, 10 ans de passion, 10 ans de rencontre, 10 ans de convivialité,  ... j'avais envie de vous faire un cadeau !


Donc comme le dit si bien cette pub, venez tentez l'expérience à bord de mon bateau pour pêcher un brochets géant du Léman et tentez le Big One pour décrocher ce superbe ensemble casting...
... A très bientôt en 2013 !

dimanche 18 novembre 2012

Infos et technologie font bon ménage

Vendredi dernier, j'accueillais à bord de mon bateau mon ami Sébastien qui travaille chez Telmon à Annemasse, seul magasin de pêche aux leurres de la zone Haute Savoie Lémanique digne de ce nom, et Jean Marc commercial pour Swedsen Sports (Prologic, Savagear,...)
J'avais à cœur de montrer les  nouvelles St Croix Musky Series à Seb et de pêcher en sa compagnie, lui qui connais si bien le lac.
Nous mettons tout d'abord nos infos en commun et décidons de partir pêcher pour 2 heures la rade de Genève, chose que je n'avais encore jamais faite. Très peu d'eau ici et un courant de ouf... en effet le Rhône aspire l'eau du lac Léman et crée un fort courant comme en rivière. Un trou de plus de 10M de fond se trouve en plein milieu de la rade et nous décidons de pêcher tout autour puis de nous laisser dériver le long des pontons et murs du port, sans pour autant rentrer dans le port car la pêche y est interdite.
Deux brochets de taille modeste, 75 et 80cm, se sont laisser amuser par nos leurres, mais rien de gros nous a agressé ni même suivi. Nous décidons donc d'aller prospecter ailleurs et justement j'avais une idée derrière la tête.
Il y a 3 semaines mon pote Tom (Pike Lovah) m'a fait visionner une vidéo prise en plongée sur un spot que je connais bien. Enfin je pensais bien le connaître mais en réalité il me manquait le plus important. En effet ce spot abrite une épave de voilier coupée en deux et répandue ainsi sur le fond. Les deux parties étant à des profondeurs différentes et dans une forte pente il est presque impossible de les localiser sans connaître l'endroit exact. Après réflexions, je l'imagine dans une zone particulière et je commence à chercher avec mon électronique.
Je localise l'épave, ou plutôt les deux bout de l'épave grâce au Side Imaging.


Je pointe avec le sondeur et affine la zone. Cette prospection est aussi enregistrée par Max Sea qui va me permettre de comprendre les différences formes de structures et de lignes de pentes grâce à la création bathymétrie instantanée.


Il s'avère que les deux morceaux de l'épave se situent autour d'une micro plateau, en réalité une pointe sous lacustre. Ce spot ne mesure que 150 M2 et à la forme d'un triangle pointe vers le large et le fond. Il est bien visible sur la photo de l'extrapolation en 3D de Max Sea (là où se situe la flèche de la souris).


Le sondeur m'indique que rien ne vie autour des morceaux d'épaves, ni brochet ni fourrage, mais sur cette pointe se trouvent 3 gros échos de brochets et un peu de perchettes de 10/12cm. En voici un en capture sondeur, les autres étant déjà marqués au GPS...


je positionne le bateau face à la pointe à distance de lancer soit 20M et nous commençons à pêche.
Deux lancer et je suis pendu à du lourd qui nage en ma direction sans donner de coup de tête, j'adore cette sensation de puissance. Je sais que le poisson est métré de part cette attitude et j'ouvre un peu mon frein... le combat est calme et le poisson se laisse ramasser par l'épuisette sans problème, le leurre bien avalé en fond de gueule. Ce premier poisson mesure 101cm.


Je refais mon bas de ligne et continue à pêcher... 3 lancers plus tard je sens ma tresse accélérer dans les anneaux de la canne et une sensation de légèreté dans mon leurre, je ferre aussitôt ou plutôt récupère de la bannière et donne deux méchants coups de ferrage... le poisson me répond directement en me sortant 5/6M de fil sans que je ne puisse rien faire et pourtant j'avais resserrer mon frein à l'issu du combat précédent. Je sais qu’il y a un client et fais attention à tout mes gestes car la touche a été bizarre et je ne sais pas comment est piqué ce poisson. Il me reprend encore 5M de tresse et je sais bien qu'il cherche à rejoindre l'épave pour se mettre en sécurité et me casser. je conserve la pression sans pour autant le pomper, je ne veux pas qu'il sonde mais je ne veux pas non plus le décrocher... La pression joue son rôle et le poisson remonte, je commence alors à le pomper et je gagne 10m de fil quand lui m'en reprend presque autant... Je me laisse à imaginer un géant.... Mais non, voilà que le poisson se fatigue et le combat se gagne grâce à l'action de la canne. Un combat relativement long, ça fait plaisir!
Verdict 110cm, pas un brocodile mais un poisson très gras et surtout très énervé de s'être fait piqué dans sa tanière.


Nous ne toucherons jamais le 3em poisson, certainement une autre fois....faut dire que entre les tours de bateaux pour trouver et comprendre, les deux combats, ça fait quand même beaucoup pour une si petite zone de pêche.
Je remercie mon pote Thomas pour l'info, et mon électronique qui m'a permis de capturer ces deux très beaux brochets.